Brigitte Macron veut être augmentée : découvrez le nouveau salaire qu’elle exige !

Spread the love

Alors que sa côte de popularité est bien en baisse, Brigitte Macron semble peu soucieuse et peu désireuse de redorer son image. Et la première dame va très certainement s’attirer à nouveau les foudres des contribuables avec cette nouvelle : elle exige une augmentation de salaire…

Depuis quelques mois, Brigitte Macron est une des femmes les plus surveillées au monde. Désormais connue sur la planète entière, la première dame de France fait même l’objet de vives critiques de la part de la presse étrangère. Après avoir été accusée de porter des jupes trop courtes, l’ex-professeure de 65 ans est aujourd’hui accusée d’être trop dépensière.






En plein mouvement des Gilets jaunes, les opposants politiques d’Emmanuel Macron n’ont pas hésité à faire part de leur indignation face à une prétendue augmentation de salaire pour Brigitte Macron. En effet, une page Facebook de Patriotes en colère annonce : « Le Canard Enchaîné a révélé que l’Élysée avait pour projet de relever le statut de la première dame de 440 000 à 538 000 par an… Une énorme hausse de 22 % à partir de l’année prochaine ! Merci les Français de payer plus pour Brigitte ! »

Une information qui aurait pu engendrer un scandale de plus pour Brigitte Macron, déjà bien en baisse dans les sondages… Mais c’était sans compter le travail de nos confrères de Libération qui se sont empressés de vérifier ces dires. Selon eux, cette information n’est jamais parue dans Le Canard enchaîné et en plus de cela, elle est tout simplement FAUSSE.






En effet, la fonction de première dame n’est pas officiellement reconnue par la Constitution. De ce fait, Brigitte Macron ne touche aucun salaire au sein de l’Élysée. Aucun « budget personnel » ou aucun « frais de représentation ». C’est donc son mari qui subvient entièrement à tous ses besoins. Brigitte Macron bénéficie en revanche d’un directeur de cabinet, d’un chef de cabinet et de deux sécrétaires pour l’aider au quotidien.

Source