Spread the love

Les accusations de complot se multiplient dans des groupes Facebook de gilets jaunes, dont certains soupçonnent le gouvernement de “diversion” après l’attaque qui a fait deux morts et quatorze blessés à Strasbourg mardi soir.

“Allez, un petit attentat pour mettre fin aux gilets jaunes, très fort ce Macron”, “et voilà, comme par hasard, juste avant l’acte V un petit attentat pour calmer les moutons, RIP aux innocents”, “ça pue le complot ça”, “c’est bizarre on entendait plus les attentats là on parle que de nous les gilets et comme par hasard un attentat à Strasbourg”.

Sur les groupes Facebook rassemblant les gilets jaunes, les accusations de complot pleuvent après l’attaque qui a fait deux morts et quatorze blessés à Strasbourg mardi soir.

Le groupe “La France en colère!!!”, très populaire au sein du mouvement, a même bloqué ses publications temporairement. “Afin de garder un climat apaisé et de faciliter la modération des commentaires déplacés, qui sont très nombreux également, je prends la décision exceptionnelle de bloquer les publications pour la soirée”, a posté une administratrice mardi soir.

Captures d’écran, accusations de diversion
Une vidéo postée sur Twitter permet de saisir l’ampleur des commentaires complotistes que l’on peut lire dans certains groupes. Celui-ci, “Info Gilet Jaune”, regroupe plus de 30.000 membres.

Certains gilets jaunes y voient une tentative de diversion de la part du gouvernement, d’autres une raison pour remettre en place l’état d’urgence et restreindre la possibilité de manifester.

Sur le groupe “💥Gilet Jaune💥”, on peut encore lire la publication d’une administratrice qui indique avoir bloqué les publications pendant la nuit “car trop de posts (dégénéraient)”. “En respect pour les victimes de Strasbourg ce soir restons sages et unis svp”, demandait-elle. “On va créer un nouveau groupe, pas besoin de toi”, lui répond-t-on, au milieu d’un flot de commentaires multipliant théories fumeuses et captures d’écran en guise de “preuves”.

Un problème d’heure sur Twitter
Parmi ces captures d’écran (ou photos d’écrans diffusant BFMTV), deux sont beaucoup relayées. L’une montre le tweet du Président de la République, posté dans la nuit, qui exprime la “solidarité de la Nation tout entière pour Strasbourg, nos victimes et leurs familles”. Sur cette photo, on lit que le tweet a été posté à “16h55”, au lieu de 1h55.

L’heure de publication d’un tweet change en réalité selon les paramètres du compte de la personne qui le consulte: elle peut être réglée sur un fuseau horaire différent.

Une autre capture montre un tweet du préfet de la région Grand-Est qui demande d’éviter le secteur de l’hôtel de police, avec le même soupçon de manipulation.

L’heure sur la capture d’écran indique “11h47”, au lieu de 20h47. Là aussi, un décalage de 9h apparaît entre l’heure réelle de la publication et l’heure affichée par Twitter.

Le réglage est simple, comme le montre les deux captures ci-dessous, faites par BFMTV.com. En haut, l’une montre l’heure exacte du tweet, 20h47 hier soir. En-dessous, la même capture d’écran après avoir modifié le fuseau horaire de Twitter sur Tijuana: le tweet affiche désormais 11h47, alors que la capture a été prise une minute plus tard, comme le prouve l’heure en bas à droite de l’écran.