Spread the love

Après le syndicat Force ouvrière, la CGT a levé, ce vendredi, son appel à la grève dans le secteur du transport. Les routiers étaient appelés à cesser le travail à partir de dimanche soir. Ils ont obtenu le maintien des taux de majoration de leurs heures supplémentaires.

Le syndicat FO, qui avait appelé les routiers à une grève illimitée, a annoncé vendredi la levée de cet appel, après avoir consulté ses troupes et reçu des engagements écrits du patronat et du gouvernement sur un maintien de la rémunération des heures supplémentaires. La CGT a également levé son appel à la grève ce vendredi midi, considérant désormais comme “sécurisés” les taux de rémunération des heures supplémentaires des chauffeurs, a déclaré à l’AFP Fabrice Michaud, le secrétaire général de la CGT-Transports.

Des garanties des employeurs et du gouvernement

Les deux syndicats ont consulté leur base après avoir reçu jeudi des courriers des quatre organisations d’employeurs représentatives du secteur, la FNTR, TLF, OTRE et la CNM, dans la foulée d’une réunion organisée en urgence entre l’ensemble des syndicats représentatifs des chauffeurs routiers et la ministre des Transports Élisabeth Borne.

Les taux de majoration des heures supplémentaires conservés
Dans leurs lettres, la FNTR, TLF, OTRE et la CNM s’engagent à conserver les taux de majoration de 25% et 50% appliqués aux heures supplémentaires des chauffeurs routiers. “Tout accord d’entreprise qui dérogerait à ces taux serait illégal”, ont écrit ces quatre organisations patronales, reprenant les termes de la ministre.

Les instances locales consultées

FO-Transports et Logistique, qui a qualifié de “constructive” la réunion jeudi avec Mme Borne, a précisé dans un communiqué que “60,8%” de ses instances locales avaient considéré que l’appel à la grève devait “être levé”. “Toutefois”, a prévenu le syndicat, “si les employeurs ne respectent pas leurs paroles et leurs écrits, si le gouvernement dans sa loi (d’orientation des mobilités, LOM, ndlr) ne respecte pas ses engagements, un conflit dur pourrait débuter à tout moment d’ici à l’été 2019”.

Source