Les Gilets jaunes bloquent l’accès des camions de l’usine Monsanto

Spread the love

 

Depuis lundi matin, très tôt dans la matinée, un groupe de « Gilets Jaunes » bloque l’arrivée des camions de l’usine Monsanto.

Un groupe d’une trentaine de manifestants bloque l’accès des camions de Monsanto depuis lundi 5h du matin, à Trèbes dans le sud de la France. Cette nouvelle action des « Gilets Jaunes » met en avant l’intention de bloquer les multinationales qui polluent, tuent et détruisent l’environnement. C’est une véritable action coup de poing, puisque qu’une trentaine de poids-lourds s’est vue contrainte de faire demi-tour.

Opération environnement
Sans pour autant bloquer l’accès des salariés, Fabienne, « Gilet Jaune » et mère de famille sans emploi, précise : « Nous ne voulons pas embêter les particuliers mais la société« . Elle indique par ailleurs qu’il s’agit « d’une action anticapitaliste et écologique« . Et pour les membres de ce groupe, Monsanto serait « un des pires acteurs de l’agonie de cette planète« .

Les intentions de ce groupe de « Gilets Jaunes »n’attend plus rien du Président de la République: « Nous voulons une meilleure justice sociale. Macron ne pense qu’aux riches » résumé Fabienne.

Monsanto : le géant des pesticides contre l’intérêt des consommateurs
L’enjeu de la commercialisation du glyphosate est crucial pour Monsanto : cette substance est en effet au cœur de leur modèle économique et a fait l’objet d’une demande croissante depuis 1974 lors de la sa mise sur le marché.

Molécule « la plus utilisée au monde » depuis qu’elle est tombée dans le domaine public en 2000, Monsanto profite encore des retombées économiques spectaculaires du glyphosate, notamment grâce à la vente de leur produit phare : le Round Up.

La controverse autour des dangers potentiels du glyphosate est née après que l’EFSA (l’Autorité européenne de sécurité des aliments) a conclu en novembre 2015 que le glyphosate ne comportait aucun danger. De cette dispute d’experts est née une brèche dans laquelle s’est engouffrée Monsanto, qui fait pression depuis la sortie du rapport pour que cette molécule puisse continuer à être commercialisée au sein de l’Union européenne.

Source