L’État envisage d’apposer une taxe sur les cartes grises.

Spread the love

Ça vous concerne sans doute.

Il y a beaucoup de personnes qui vont être agacées par cette nouvelle qui risque de changer plusieurs habitudes chez des français du pays tout entier. On fait le point pour vous sur toute ce qui va changer d’ici peu de temps.






C’est le quotidien Le Parisien qui rapporte cette nouvelle qui va sans doute créer une grande polémique aux quatre coins de la France. Le gouvernement souhaite notamment mettre fin aux barrières de péages autoroutiers et encadrer de manière plus strict les tarifs de covoiturage.

C’est le ministère des transports qui est à l’origine de ce nouveau projet de loi qui risque de chambouler le paysage automobile du pays dans les prochains mois. En effet, l’objectif affiché par le gouvernement est que cette nouvelle loi puisse permettre aux français de changer leurs habitudes de transports.

Ainsi, Le Parisien explique qu’à travers cette nouvelle loi, le gouvernement souhaite inciter les français à être moins polluant et donc à utiliser davantage le covoiturage, les transports en commun ou alors encore des moyens de transports non polluants comme les véhicules électriques ou encore le vélo. L’initiative est noble mais risque sans doute de chambouler les français dans leurs habitudes de la vie de tous les jours.

Ceci étant-dit il y a plusieurs choses qui risquent de changer avec cette nouvelle loi dont notamment un encadrement plus strict des tarifs de covoiturage raconte Le Parisien. Le gouvernement souhaite que cette pratique ne devienne pas un moyen de se faire de l’argent pour le conducteur et cette loi va donc encadre le prix d’une manière plus équitable.



Cette loi visera également à mettre un terme aux barrières aux péages afin de rendre la circulation plus fluide et de diminuer une partie de la pollution qui est liée à cette pratique indique Le Parisien. Il n’est pas question d’abolir les péages, les français auront toujours à les payer, mais tout simplement enlever les barrières à l’entrée.

Le Parisien affirme également que les employés d’une entreprises qui se déplacent en vélo ou en covoiturage pourraient bénéficier d’une prime de 400 euros pour inciter et encourager l’utilisation de transports peu ou pas polluants. Bien sûr la mise en place d’une telle prime devra être validée par l’entreprise en question. Cela ne sera pas une obligation.

À noter qu’il y aura aussi une taxe sur les nouvelles cartes grises qui sera d’environ trois euros par émission. Il faut souligner aussi qu’il sera également possible de pouvoir descendre entre deux arrêts de bus notamment pour éviter les harcèlement sexuelles auprès des femmes et que les personnes seules se sentent davantage en sécurité






Le Parisien explique que cette nouvelle loi porte le nom de “loi d’orientation des mobilités” (LOM) et qu’elle sera soumis au vote des députés d’ici le printemps 2019. Vous l’aurez donc compris, il s’agit encore d’un projet de loi qui risque d’être encore modifié suivant les débats qu’auront eu les parlementaires à ce sujet.