Spread the love

Il s’agissait d’une hausse mécanique au 1er janvier 2019 due à la revalorisation des salaires des fonctionnaires.

La hausse n’aura pas lieu. En janvier 2019, les rémunérations du président de la République et des membres du gouvernement auraient dû augmenter de 0,4%, révèle “Capital” ce vendredi 14 décembre. En pleine période de contestation et de lutte pour un meilleur pouvoir d’achat, la hausse, quoiqu’assez minime, aurait sans doute fait polémique.

La revalorisation n’était pas à l’initiative du gouvernement, mais à la refonte des grilles indiciaires de la fonction publique. Dans le cadre du protocole “parcours professionnels, carrières et rémunérations”, les traitements des fonctionnaires seront en effet augmentés de 0,3% à 0,6% au 1er janvier 2019.

64 euros brut de plus par mois
Les salaires du président de la République et de ses ministres correspondent au plus haut échelon de la catégorisation des fonctionnaires, dit “hors échelle” et auraient donc dû bénéficier de cette revalorisation.

Contacté par “Capital”, l’Elysée a fait savoir que la rémunération d’Emmanuel Macron resterait finalement stable, du fait d’une décision écrite de son directeur de cabinet envoyée au service comptable. Même réponse du côté de Matignon.

Actuellement, le président français gagne 15.140 euros mensuels, comme son premier ministre. Avec l’augmentation, il serait passé à 15.204 euros, soit 64 euros brut de mieux.

La rémunération actuelle correspond à une promesse de campagne de François Hollande, qui avait baissé son salaire de 30% peu après sa prise de fonction. Avant 2008 et le quinquennat Sarkozy, aucun texte précis ne fixait le traitement présidentiel. L’ancien président avait mis fin à cette opacité le fixant par décret. Il en avait à l’époque profité pour l’augmenter… de 172%.

Source