Spread the love

Il est maintenant désolé et penaud que ses mots aient dépassé sa pensée. Un «gilet jaune» tarnais, déjà repéré pour son agressivité sur les ronds-points d’Albi ou Gaillac, a dû répondre mardi de menaces de mort à l’encontre d’ Emmanuel Macron​ et des CRS.

Selon La Dépêche du Midi, qui rapporte l’audience, cet homme de 49 ans, qui vient d’être licencié en raison de la faillite de son entreprise, s’est lâché le 3 décembre dernier sur une des pages Facebook « blocage17novembre ».

Ses camarades ont eu beau tenter de canaliser ses propos orduriers qu’il a d’ailleurs tenté lui-même d’effacer, les menaces n’ont pas échappé aux services de la sécurité intérieure.

Le tribunal correctionnel d’Albi a condamné ce « gilet jaune » impulsif à quatre mois de prison avec sursis assortis de 18 mois de mise à l’épreuve.

Source